L’économie circulaire, on s’y met ?

La Gazette | 31.08.2021
Ressources
pontons-cologny-web-6.jpeg
Le principe de ce nouveau modèle économique est à la fois simple et urgent : limiter l’extraction et la consommation effrénée de matières premières. Comment ? En développant des stratégies pour éviter qu’un produit ne soit jeté après sa première utilisation. En Suisse, bien que le modèle gagne en popularité, le potentiel de développement est encore grand.

La Suisse passe à l’action

Tant dans le domaine privé que public, les idées pour favoriser l’économie circulaire fleurissent de toutes parts. Le modèle séduit un nombre grandissant d’entreprises, de cantons et de grandes villes, qui développent un savoir-faire en la matière.

Par exemple, Bloom Biorenewable substitue des produits pétrochimiques par des cosses de noix, le programme EcomatGE favorise la réutilisation des matériaux d’excavation, Signify réduit la (sur)production de biens en axant sa relation client autour du service, Hilti promeut le partage d’outils et d’équipement de construction et reCIRCLE celui de contenants de take away.

Le temps où l’économie circulaire était réservée à une élite utopiste est donc révolu : accessible, viable et aux contours bien définis, elle est compatible avec tous les domaines d’activités.

Le potentiel est là

Seuls 13% des matières consommées en Suisse sont issus de la récupération de déchets. La construction, l’agroalimentaire, l’industrie et les biens de consommation génèrent quantité de déchets néfastes pour l’environnement. Et même si de nombreuses organisations s’affranchissent désormais d’une vision productive linéaire, le déploiement d’une économie basée sur la réutilisation, la réparation, la rénovation, le partage ou le recyclage pourrait être largement renforcé.

L’heure du changement

Si la tendance que nous observons en Suisse est réjouissante, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) est sans appel quant à la rapidité de l’évolution climatique. Le temps est donc venu de se lancer, d’innover, de dialoguer et de favoriser le changement.

Et c’est précisément ce qu’ambitionne La Fabrique Circulaire, à l’échelle genevoise. Ce programme piloté par SOFIES accompagne les PME actives dans l’agroalimentaire, la construction, la mécanique, l’énergie et les services souhaitant initier des solutions opérationnelles d’économie circulaire au sein de leur entreprise.

Pour aller plus loin

pontons-cologny-web-6.jpeg
© implenia